dimanche 1 août 2010

Rondo à la turque

J'adore :
"[...] Mais attention, pas dans une zolie aire avec des vraies toilettes nettoyées par Denise trois minutes avant ta venue. Nan, que nenni, le mâle t'arrête systématiquement dans ce que j'appelle une aire coupe-gorge-pipi-routier, à savoir l'aire de la Louze, avec 1 banc et une poubelle qui fouette, 4 camions sur le parking et un bunker pour les toilettes. Miam.
Le mâle t'éjecte donc de la voiture avec un "vasi mais magnetoi" [...] tu cours (Kleenex en poche) vers le marais de l'éternelle puanteur. Evidemment, il n'y a pas la queue, les seules qui sont passée par là avant toi étaient aveugles et sans odorat. Tu admettras que ça ne court pas les rues.
Laisse de côté ce que j'appelle les "vraies toilettes" [...]
Je te suggère les "chiottes à la turque", à condition d'être en mini short. Si tu as opté pour le pantalon, n'oublie pas de le retrousser. Et dépêche toi, le mâle t'attend. Tu choisis ton sens, face à la porte ou face à la chasse, de toute façon, peu importe, tu vas te faire pipi sur les godasses. N'oublie pas de sauter loin des toilettes, d'ouvrir la porte et de fuir en courant si tu ne veux pas finir noyée par la chasse d'eau automatique."

(Piqué chez "les mamans testent" )

mardi 1 juin 2010

La journée de la jupe

Je l'ai toujours pas vu ce film avec Adjani qui a fait coulé tant d'encre !!!

Non. Je titre "Journée de la jupe" parce que, des fois, bin j'ai un peu peu les glandes de me retrouver dans une position aussi "cliché" alors que, de mon éducation dès le plus jeune age, jusqu'à mon travail dans un milieu majoritairement masculin, j'avais toujours tout eu pour but de ne pas être une femme standard...

... mais les standards, ils peuvent vous rattraper bien plus vite que vous ne le pensiez : un mari un peu bourru, des enfants un peu prenants, des finances pas si mal mais ne permettant aucunes extravagances,... Bref, si ma vie de mère au foyer est un choix, certaines situations dans lesquelles je me retrouve me font bondir... Et de voir que c'est à peu près partout pareil*, ça me met les nerfs en pelotes.

Tour d'horizon de ces divers articles que j'ai consigné au fil des mois :

- Juju et l'histoire de sa grasse-mat'
- Marine dans sa chambre à elle, qui commente le dernier Badinter
- Si tu veux parler "déculpabilisation", demande à maman



* Oh, y'en a toute une poignée qui se trouvent plutôt chanceuses et ne s'en plaignent pas, mais justement c'est celles-là les pires, elles trouvent des excuses, elles acceptent sans rechigner, elles font perdurer ce mythe de la femme parfaite : épouse aimante, dévouée et pleine de fraicheur, corvéables à merci tout en gardant le sourire... Des fois j'aurais aimé n'être qu'un homme, avec des testicules à brandir comme la preuve génétique que je ne sais faire qu'une chose à la fois, que je ne peux pas communiquer avec demi-mesure, que je dois absolument être reposé pour être opérationnel, que je suis aveugle aux signaux subtil de communication, que je suis à l'article de la mort au moindre rhume et que si je ne suis pas aussi pire qu'un véritable Bidochon c'est que vous avez vraiment de la chance de m'avoir moi !

Heureusement qu'il y a l'inconnu du métro pour parler de choses plus légères !

Belle découverte

Encore un lien...
... vers un site exquis !

J'y suis venue pour les jeux affreusement méningeophages... et me délecte finalement des vulgarisations médicales.

Merci Sirtin.

Les p'tits pots du p'tit pote

Juste un petit lien vers cet article pour ne pas oublier que, l'année prochaine, si le cœur me dit de m'occuper un peu de mon balcon, je ne pourrai pas utiliser l'excuse de "j'ai pas de godets pour faire mes semis", j'aurai qu'à les faire moi-même !


jeudi 8 avril 2010

Journée heureuse

Ce sont des journées comme ça où tout se passe à merveille.

On se lève de bonne humeur.
Sitôt le petit-déjeuner fini, hop hop, la table est débarrassée en un rien de temps.

On contemple la journée à venir en se délectant de la montagne de petits projets que l'on se sent l'énergie d'abattre aujourd'hui.

On allume la musique, un peu plus fort que d'habitude peut-être, pour se donner du cœur à l'ouvrage... Et puis le chargeur, lui aussi est de bonne humeur : il nous attaque tout doucement avec du jazz (Lisa Ekdahl) puis continue en fondue enchainé sur de la guitare joyeuse (Marcel Dadi), sait placer quelques perles oubliées (Billy ze Kick*) entre deux artistes adorés (Portishead ou Morcheeba).

Je bloque le 1er chargeur sur Dadi et laisse l'autre tourner en random. Un lave-vaisselle rempli et une lessive lancée, un repas de midi déjà prêt de la veille... Nous nous retrouvons tout deux avec Jonas dans le salon à se trémousser sur la musique.

Tantôt face à face, tantôt dans les bras l'un de l'autre...La danse se transforme en jeu... puis en chatouilles.


Nous festoyons ainsi pendant plus d'une heure puis reprenons notre souffre enchevêtrés sur le lit.


Je n'ai rien fait de constructif ce matin mais je suis heureuse et encore essoufflée de cette bonne matinée. Pendant que je me prépare pour aller chercher L. à l'école, Jonas, déjà habillé, reprend son souffre assis sur le canapé, suçant son pouce... et son pied bat encore la musique en rythme.


Et une petite photo de ma bague pour faire baver ma zouquine...  ---->



* Je découvre juste aujourd'hui que c'est Matthieu Chedid himself qui tiens le rôle de M en chantant dans cette chanson de Billy ze Kick. Déjà abasourdie de savoir qu'il accompagnait nombres grosses pointure à la guitare, au banjo ou dans l'écriture complète de chansons depuis déjà longtemps, je suis toute étonnée de voir que 4 ans avant la naissance de son propre personnage, il se faisait déjà plaisir à se faire appeler M !

samedi 6 mars 2010

Etre parent !

Etre parent c'est aussi pouvoir tester en direct-live sur ses enfants si les bouquins de pédagogie disent vrais...
Alors c'est vrai qu'au début, vérifier qu'un bébé tète bien 10 à 12 fois par jour, c'est moyennement drôle à faire comme test ! Pis à la période du "terribeul twou", c'est aussi un peu gênant de confirmer, en public, que, oui, à 2 ans un enfant sait parfaitement se rouler pas terre en hurlant comme un goret et cela pour une raison absolument irréelle de futilité !

Mais par contre, après... genre vers 3 ans... quand il commence à y avoir tout plein de questions métaphysiques dans tous les sens et qu'on peut commencer à creuser un peu les sujets avec son Einstein de fils (ou sa Marie Curie de fille), bin là, on prend son pied.
(et là vous rêviez que je vous dévoile les dernières perles de ma Lulu ? Et bin non, trop flemmarde la fille pour vous faire un vrai article inédit ! Elle vous sert du réchauffé ! Même pas peur !!!)

La preuve de la part de Till the cat qui est arrivé à faire bugguer sa fille :-)

mercredi 10 février 2010

Trop d'onglets


Trop d'onglets ouverts en même temps...

Puisque moi j'ai pas le temps de tout regarder tout en détails, je vous laisse le faire à ma place... Voici mes dernières explorations du moment :





  • Une plume agile et aiguisée chez le Monolecte (avec cet article tout particulièrement qui m'a fait accrocher.)
  • Un blog oublié mais dont la lecture de cet article m'a donné envie de remonter dans les archives pour sonder ce que j'y ai loupé les 3 dernières années)
  • Coté bricol-girl, y'a elle. Je sais pas ce qui m'y a plu mais entre les recettes qui ont l'air trop-miam et la bonne habitude qu'elle a de citer l'origine de ses idées-couture, elle s'est retrouvée fichée dans mes onglets.
  • Une (re)plongée du coté du blog de la poule pondeuse m'a permis de découvrir qu'une des fidèles lectrices avait ouvert un nouveau blog au style bien agréable (mais orienté-maman principalement !)
  • Une autre lectrice de la basse-cour sus-citée qui tient son blog de mairdeuf'.
  • Une petite aide de jeu pour comprendre l'incompréhensible sur Facebook. (Totalement inutile DONC indispensable ;-))
  • Une autre inconnue multi-facettes (cuisinière, nounou, maman, femme, brocanteuse, créationneuse, ...) qui nous fait découvrir tout ça dans plusieurs blogs
  • Un blog-photo SUBLIME qui m'a tenu en haleine trois soirs durant. (j'ai refait mon stock de fond d'écrans !)
  • Ici, une autre collection bien particulière de clichés : les playmates mensuelles de Playboy de 1954 à 2004. (et quelle "évolution" coté bronzage, fessiers, aréoles et pilosité en 50ans !)
  • Pis pendant qu'on parle de féminitude, là y'a un p'tit article bien grinçant à souhait...
  • Et si on continue du coté des discriminations devenues courantes, on peut faire un petit tour ici (et d'ailleurs quand je voudrai devenir diététicienne faudra que j'épluche ce site correctement !) Site trouvé en lisant toujours avec plaisir les pensées d'une ronde et pour en savoir un peu plus sur ce Zermati-miracle.
  • Et les "crevards", vous connaissez ?

Et voilà, fini ! Enfin !

Enfin, en fait, il me reste une tartine de pages ouvertes sur YouTube concernant des coups de cœurs musicaux et/ou des morceaux à travailler à l'accordéon ou à la chorale mais... ça fera l'objet d'un autre post et je peux d'ores et déjà faire ma mise à jour de FireFox l'esprit tranquille !

mercredi 20 janvier 2010

Adolescence

Encore une découverte musicale via Virage Radio qui, à défaut de dés-annoncer ses titres en direct ou d'avoir une playlist consultable sur internet, diffuse grâce au RDS le nom des groupes et les titres des chansons lorsqu'elles passent à l'antenne. Youpi, enfin !

Bref, voici mon coup de coeur : Naïve New Beaters


Ca me rappelle Bloodhound Gang...

... qui, déjà à l'époque m'avais laissé espérer que le style "rock immature" des Presidents of United States of America n'était pas mort.

vendredi 18 décembre 2009

Humour !


Hé hé, j'en suis pas encore là mais cette initiative est très bonne !





(Nota : Rendez-vous le 4 janvier au Pôle Emploi ! Presque 10 ans depuis notre dernière entrevue. Que vais-je bien pouvoir leur dire ? Diantre !)

Faims de saison - version femmes

Consignation ici de liens vers d'autres plumes érotiques... et majoritairement féminines ce coup-ci :

British Eliza et les français
Sophie S., née avec le punk
1669
Diamonds and Candy Pills











(Et Lucile, si tu ne t'es pas appellée Lili, c'est essentiellement parce que ça me faisait penser à Lilith et que je ne pouvais t'imposer pareille destinée !)

mercredi 16 décembre 2009

Le dernier jour

C'était hier...

La patate en arrivant au boulot pour ce dernier jour... Bien décidée à faire rentrer mes 6 années de vie commune dans un petit carton comme les américains des séries télé... J'ai la chanson de Buddy Holly, "That will be the day", dans la tête (celle qui me rappelle le spectacle de Peach vu avec Maud à Amberieu il y a bien longtemps et qui, malgré nos déboires depuis, reste un bon souvenir). C'est cool ! C'est un 'ti peu ironique comme chanson : "You said you gonna leave but you know it's a lie" et "that will be the day when you'll make me cry". Avec ça Rebec' et moi on va pouvoir rire jaune tranquilloutes sans verser dans le pathos.

D'ailleurs je commence d'entrée de jeu : sitôt arrivée je pose mes clés sur le bureau de Christine en lançant un "Bon ! J'vous fout la mort tout de suite, comme ça c'est fait : je vous rend mes clés !" et je file dans mon bureau après avoir recueilli les regards marrons (noirs et jaune, quoi) des deux filles !

Ouais, du rockabilly c'est bien pour faire son p'ti carton : ça fout pas trop la mort !

Et hop, hop : le carnet d'adresses pro, les mémo AutoCad, mes affiches anti-fautes d'orthographe, mes zoulies images sur les murs...
Un p'tit tour coté ordinateur : les mails sont déjà transféré par imap sur mes boites gmail depuis 15 jours, il ne reste que les derniers de cette semaine. Je termine de lire les excellents blogs de Thecle et d'Eliza qui occupent les onglets de mon Firefox avant d'effacer les traces de mes surfs des deux navigateurs. Je tchatouille deci-delà sur Facebook...

Ouais, le rockabilly ça va bien un moment... mais... c'est un p'tit peu saoulant au bout d'une heure et demi !
Qu'est ce que je vais bien pouvoir m'écouter ? Aller, histoire de pas se fatiguer, je vais piocher dans mes playlist : au moins je suis sûre que ça me plaira.
- "Grosses guitares" ? Non ! Après mon trip "Aldebert" d'hier soir, le contraste serait trop rude. Et j'ai pas envie de métal.
- "Toute la journée" ? Non plus, c'est trop éclectique et j'ai pas envie de tomber sur de la techno.
- Aller, c'est parti pour "Du calme" ça commence par du Aldebert justement, pis d'ici que je tombe sur "l'île Hélene", un Volo ou sur Abd Al Malik j'ai le temps... Et de toute façon j'ai la patate !

Aller hop, hop, on continue : transférer tout mon dossier perso sur le DD externe, récupérer aussi les photos, fonds d'écrans et autres images cachées dans le Documents and Settings.
A petit retour au rangement physique : je retombe sur le jeu des grenouilles auquel on avait tenté de jouer avec Rebecca entre midi et deux il y a 3-4 ans, les lys en origami, les fiches de vocabulaire que je faisais une fois par semaine pour amuser (et cultiver) la galerie du temps où j'avais encore le goût au boulot.

Ah, tiens, que cette intro est douce à mes oreilles... "No Surprises" de Radiohead !

Mais pourquoi j'ai comme un mauvais pressentiment sur la suite de mon moral ? Ah bah oui, juste derrière il y a "Little Girl Blue" de Janis Joplin. Ah ouais, quand même ! N'oublions pas que c'est LA chanson que j'avais décidé qui passerait le jour de mon enterrement (Et oui David, tu n'est désormais plus le seul à être le détenteur de ce secret... Et non, je n'ai pas oublié que pour toi c'est "dans les yeux de ma mère" de Arno !) Là non, hors de question que je plonge toute seule dans un trip nostalgie. Et pis Rebecca est aussi réceptive à Janis que moi : je file lui mettre ma playlist sur son ordi.

Pas besoin d'en rajouter, nous sommes dans les bras l'une de l'autre, les larmes aux yeux (sous les yeux ébahis de Christine et de Sébastien) ! Par fierté, par pudeur... et parce que le boulot, lui, n'attend pas, nous replongeons chacune rapidement à nos occupations... Mais le mal est fait : Janis repasse en boucle, deux, trois, quatres fois sur mon PC. Le "Woman left lonely" me hérisse le dos comme à chaque fois !

Quelques minutes plus tard, Stéphane vient s'enquérir de savoir si nous avons règlé la paperasse avec Christine : si le solde tout compte est bon, si j'ai bien toutes les attestations nécéssaires,... Je l'informe qu'on se réserve cette partie de plaisir pour la fin de matinée avec Christine.

J'ai à peu près terminé de rassembler mes affaires. Je débranche ma lampe de bureau et la glisse à la place que je lui réserve depuis le début dans la cagette. Le bureau fait tout vide d'un coup !

Stéphane repasse... "Les papiers, c'est bon ?" "Non, toujours pas... mais on verra ça à 11h et quelques Stéphane, ne vous inquiétez pas." "Bon, bon."

5 minutes après, il est à nouveau dans mon bureau. "Bon, heu, faut que j'y aille là ! Vous repasserez de toute façon ?" "Oh bin oui, j'viendrais vous faire coucou de temps en temps." "Bon, bin ça va alors : à bientôt !" et il part ! J'ai juste eu le temps de lui glisser un "Merci" avant qu'il ne disparaisse totalement du bureau. (Oui, vous me manquerez, Stéphane. Oui vous étiez le meilleur patron que j'ai connu malgré ce problème cruel de communication. Oui je me suis fais plaisir tout au long de ces 6 années. Oui, c'est ainsi que ça fini, avant que nous nous détestions pour de vrai à force de trop de cohabitation. Oui... Vous allez me manquer !) Même pas une bise ! Rien ! Arfff, Stéphane et la communication. Je n'en attendais pas moins de sa part.

C'est au tour de Catherine de partir manger. Salutations joviales. Elle sait que je repasserai... et est persuadée que ma nouvelle vie à la maison sera agréable.

Et puis arrivent les papiers en question. Christine armée du solde tout compte, de la feuille Assedic, de l'accord de prolongation de la mutuelle, etc...
Signatures, photocopies, vérification... Enfin... dans l'autre sens en fait : vérifications, signatures, photocopies... Tout est en ordre... et pis je suis candide moi. Si c'est le cabinet de compta qui s'est arraché les cheveux dessus, je fais confiance.

Elle n'est pas revenue avec les seules photocopies de fin de contrat. Quatres enveloppes : deux pour les étrennes des enfants de la part de la société, une carte signée par mes futurs-ex-collègues et une carte bon d'achat chez Virgin de la part desdits collègues.
Le moment est solennel, Rebecca et Sebastien sont venus avec Christine accompagner leur petit mot d'une chaude bise.

Merci. Merci.

L'émotion est là... mais bien contenue ! Tout va bien, on gère !
Et pis aller, hop, assez trainé, il est temps d'aller chercher mes enfants chez Ouazna.
Malgré tout je traine en route... Une discussion qui n'a rien à voir à finir, un tech qui passe et à qui je souhaite un bonne fin d'année, une petite blagounette encore,... Aller, file Mariette ! Il faut que tu apprennes à partir !

Je recroiserai vite fait Christine, sortant des toilettes, les yeux bien plus rouges que d'hab'. Alors ainsi je ne serais pas la seule à essayer de jouer la forte ??!!

Vite, vite, partir... avant que ma façade ne s'écroule.

Voiture. Musique à fond. Il me semble qu'il fait beau.

---------------------------------------

L'après-midi se passe tranquillement : les siestes des enfants s'éternisent mais les conversations croisées sur le net me permettent de ne penser à rien.

C'est le soir que tout se gâte. Gilles me demande comment s'est passée cette dernière matinée. J'ai beau lui raconter avec tout l'humour que je peux avoir le déroulement de cette journée, son regard me connait et me laisse à nue devant lui.
J'ai envie de pleurer...
J'ai honte...

J'aimerai juste aller boire un coup, me bourrer la gueule dehors, ne plus y penser... Vite trouver quelqu'un avec qui se mettre la tête à l'envers... (C'est quand même pas très sain des réactions comme ça ! J'me fais honte... Ce qui n'arrange absolument rien à mon envie d'aller picoler.)

samedi 28 novembre 2009

Du neuf dans les entrailles de ce blog

Vous pouvez chercher par vous même jusqu'où ça remonte... (et découvrir des articles planqués ek-se-prè-loin-loin-discrétos) ou alors suivre les liens que je daigne vous confier ici :

Retour
C'est du lourd (Après quelle réflexion de qui ce craquage ? Je sais plus !)
Suite (Suite de quoi, j'me souviens même plus !)

Et fort (ta) propos, le stip de Maliki de cette semaine convient parfaitement au theme !

jeudi 19 novembre 2009

Procrastination

Bin voilà un mot qui ressort de partout en ce moment...

J'avais cru comprendre, au début, que c'était un synonyme de "être immergé dans son travail". En un sens oui, quoi que plutôt "submergé"...
Pis en le voyant encore cité de-ci delà, il m'est plutôt apparu comme un ersatz de "glandouille"...

Pour en avoir le cœur net, je file ce matin sur wikipédia et voilà que j'en prends toute la dimension.
La procrastination est un terme relatif à la psychologie qui désigne la tendance pathologique à remettre systématiquement au lendemain quelques actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de gratification immédiate.

Mais, mais, mais... ??? C'est tout moi ça !
Naaaaannn, c'est du flan, c'est pas un truc de psycho pour de vrai, c'est du bluff... Ce serait tout de même un peu simple d'en faire une maladie, un truc contre lequel on peut rien par soi-même, une pathologie à soigner, tout ça, tout ça !!!

Quoi qu'il en soit, je trouve les "Raisons probables" très intéressantes...

... et me déclare procrastinatrice avérée !

------------------------------------------------

Et une telle découverte me permet d'apprécier encore plus l'entrée en matière de Raph que je vous consigne ici (et vous irez lire la suite chez lui, non mais !) :
Nous sommes à la Préhistoire, un mardi. La période est encore très chasse, très cueillette. Mais un jour, UuuhGruhrrr se blesse malencontreusement dans un stupide accident de fougère. Contraint de garder la paillasse quelques jours, il décide de se rendre utile, car la procrastination n’a pas encore été inventée, en tenant la caverne propre car la poussière, elle, existe déjà depuis plusieurs belles lurettes.

mardi 10 novembre 2009

Les papillottes




Les papillotes c'est BON ! Et pis, moi qui aime les mots, vous vous doutez bien que les citations, enroulées entre le chocolat et l'emballage, ajoutent au plaisir.


Mais quand, par trois fois (de suite,) vous tombez sur la même tirade, c'est à vous demander si le roi des démons n'essaie pas de vous envoyer un quelconque message !!!




Il n'est point de secrets que le temps ne révèle.
(Jean Racine)



Alors je tente malgré tout de ne pas trop aider le temps bien que "Le seul secret que gardent les femmes, c'est celui qu'elles ignorent" selon Seneque et que "Un secret a toujours la forme d'une oreille" selon Jean Cocteau



 --------------------------------------------------------------------------------------
Et comme presque chaque année depuis 2004, c'est Bob qui nous fait l'honneur du premier paquet. Merci à toi.
et aussi à Mahmut qui a assuré le relais quelque fois avec des papilottes à pétard en plus !

mercredi 14 octobre 2009

La musique mystère

Argl, je cherche le titre et le nom de l'interprète d'une chanson entendue sur Virage Radio.

Une chanson anglophone qui commence par "raconte leur Lily" puis des couplets en anglais et un refrain en fwan-çais dans ce genre là "Elle vit sa vie en duo. Elle voit la vie du haut de ses épaules et de son dos." puis à  nouveau de l'anglais "There's nothing to say, there's nothing to do.."

Une voix à la Robbie Williams ou à la Bruce Springteen (enfin je crois... c'est les noms qui me viennent mais rien n'est sûr !)

Si y'en a qui savent (en attendant que je trouve comment contacter Virage Radio !) parce que les sites qui répertoriaient les paroles de chanson sont maintenant interdit par la loi française (pourquoi donc ??!!?) donc du coup... Je cherche mais je trouve pas !

-----------------------------------
Et voilà un bel exemple de l'aire du "web 2.0" :
Les réseaux de distribution classique ne propose pas de moteur de recherche, les radios sont montées avec un SAV inexistant... Je pose ma question dans un immense océan et malgré tout l'information arrive via une Jeanne naufragée sur ce blog...
J'adoooore !

C'était donc "22", une chanson de Lily Allen, en duo avec Ours, issue de son dernier album "It's Not Me, It's Yo"

Ca gratouille...

Petit rythme de guitare sur lequel j'accroche bien en ce moment :

http://www.deezer.com/listen-3077651

You don't know de Milow
(visible en vidéo ici mais je vous ai mis que la zic' pour que vous soyez un peu plus concentrés sur le son que sur l'image !)

mercredi 7 octobre 2009

Me, myself and I (Comme d'hab quoi !)

Mon cher petit corps,

Je sais que c'est un gros changement qui s'annonce, que tu es un peu craintif, que tu te fais du soucis mais, s'il te plait laisse M. Cerveau s'en occuper et n'essaie pas de prendre sur toi le stress occasionné. Je sais d'avance que tu te posera milles questions sur le nouvel équilibre à venir mais tes manifestations réactives n'y apporterons pas de solution.
Point la peine de créer tendinite du coude, cervicales bloquées, eczéma ou acné soudaine. Point la peine non plus de nous sortir le grand jeu d'une bonne grosse maladie comme tu as su le faire pour mon premier chagrin d'amour et ma première année scolaire foirée...
Aller, je te le concède, tu auras le droit de me faire une petite baisse d'immunité, quelques céphalées récalcitrantes voire un petit bouton de fièvre. C'est ton droit. Si tu laisses paraitre ton angoisse, je te soignerai comme il se doit... mais il vaut mieux que nous fassions équipe sur ce coup-là : ce sera plus simple pour tout le monde.

Et puis sache que si mon choix n'est pas viable à long terme, nous retournerons travailler toi et moi comme on l'a toujours fait... Et ce sera alors l'occasion de découvrir de nouveaux horizons, de nouveau collègues... Et pourquoi pas, comme nombreux me le soufflent, une réorientation... plus verte, plus sociale ou plus musicale... Tu vois, petit corps, ce n'est qu'une étape et dans quelques mois ou quelques années, notre équilibre n'en sera que meilleur.

Aller, c'est une nouvelle jeunesse que je nous offre. Crois en moi !

Ta Mariette

Parent d'un enfant de 2 ans 1/2

Dans la même veine que précédemment :



Issu du blog "Tranche de papa"

lundi 5 octobre 2009

Shocked

C'qu'y passe comme spam quand même à mon taf !!!


vendredi 18 septembre 2009

Parent d'une enfant de 3 ans...


(Image découverte chez Elise Gravel)

mercredi 16 septembre 2009

Emotion... surtout au niveau des chevilles !!!


Je suis allée ce midi m'inscrire à l'école de musique de Vaulx : formalités, paperasse, questionnaire...
La secrétaire à demandé à une prof de me faire passer un petit examen pour savoir dans quel cours de solfège m'inscrire.Je l'ai suivi avec une petite boule au ventre dans une salle de musique pour une interro surprise : lecture, chant, écriture... Je fais ce que je sais... et brode sur le reste.
Elle m'a dit que j'avais le niveau 4e année de 2e cycle ou un truc du style (Oui, oui, le max du cursus obligatoire !) et que je n'avais pas besoin de solfège, qu'ils n'avaient rien à m'apprendre et que j'allais m'emmerder en cours.

 
En revanche, elle m'a orienté vers l'atelier hebdomadaire de "composition / écriture de musique" !!!
Je suis comme une dingue. L'impression d'être intronisée en haut lieu, d'avoir tous les bons karma qu'ils faut, de pouvoir conquérir le monde !!
Plop ! (C'est le bruit de mes chevilles qui explosent !!!)  
 
 


En attendant, inscrite pour l'accordéon et le cours de pratique collective adulte du soir.
Je suis sur un petit nuage :-)
---------------------------------------------------------- 

Et encore, je vous raconte pas l'émotion lors des journées "portes-ouvertes" samedi (Oh si, vas-y raconte !) :
--> la moquette au sol et aux murs,

les noms de grands compositeurs donnés aux salles de cours, <--

--> tout plein de gens qui viennent ici pour s'éclater dans la musique,

des parents qui vivent la musique pas procuration via l'inscription de leurs enfants, <--

--> des prof encourageant, incitants,

et partout, des murs illustrés : des photos des spectacles passés, des aide-mémoire sur la théorie des harmoniques, des dessins d'enfants, des portraits de musiciens d'un autre temps,... <--



Et quand nous sommes conviés en fin de matinée à un mini-concert fait par les profs...
Tous les instruments réunis, amplifiés ou non...
La salle d'audition et son parquet clair et lustré...
Les chaises qu'on dépile pour en faire un public...
L'estrade...
Le piano vu en 3/4 arrière sur la gauche de la scène...
Les minutes qui précèdent où chacun s'accorde et chauffe son instrument dans un brouhaha qui me nourri le cœur...

Le concert n'a même pas commencé que j'ai déjà les poils des bras tout hérissés !

Lorsque débute le premier morceau je dévore des yeux chaque instrument, chaque soliste...
Je me délecte des regards de synchro que tous se lancent...
Et quand ils attaquent "Help" des Beattles, je ne peux m'empecher de murmurer les paroles en même temps et... 

Ca y est, c'est trop tard : trop d'émotion, trop de madeleine de Proust, trop de bonheur d'un coup... les larmes sortent !  

Chuis vraiment une midinette !!!
 

 


vendredi 28 août 2009

Explicit contents Parental Advisory

Un p'tit lien de fin de saison... (Faim de saison ?)


(Huhu, j'ai pas pu m'empêcher de classer cet article dans la catégorie "avec mes dix doigts" !)

lundi 24 août 2009

Retour

"Whiter shade of pale" des Platters* ! J'ai beau pas être trop émotive... Ca fait toujours son petit effet...

Je commence à ressentir toute la nostalgie de l'instant : je rentre à Lyon, Gilles, Lucile et Jonas ont encore une semaine devant eux de vacances en Ardèche...

Et le paysage qui défile derrière les vitres teintées du car...

Ce filtre violacé refroidi les couleurs pourtant chaudes de cette fin d'après-midi : cela met encore plus de distance entre les passagers et les vignes !

Le car s'arrête, prend d'autres voyageurs. L'espace d'un instant, la porte s'ouvre : la tiedeur extérieur s'engouffre dans le bus. Montent des gens qui sont encore un peu dehors : ils commandent leur billet tout en adressant un dernier clin d'œil à la personnes qui les a accompagné. Ils cherchent une place des yeux puis s'installent, leur regard embrassant une dernière fois  le paysage de leur vacances...
Et puis le chauffeur appuie sur un des multiple boutons du tableau de bord de son vaisseau.
Le vérin souffle, s'ébroue.. et referme la porte. L'air trop frais de la clim reprend ses droits dans l'habitacle fermé.
Encore un village qui s'éloigne derrière les vitres teintées.

...

Et puis soudain la douce nostalgie laisse place à l'agacement : la clim est vraiment trop froide, il y a trop de virages, la vibration de la porte est agaçante, le chemise du chauffeur est affreusement trop blanche et trop repassée. Heureusement qu'il ne porte pas des lunettes "à la Chips" sinon je lui mettrais un coup de boule !
Pfffff.... Même les vignes dehors m'agacent : elles sont taillées trop droites.

Vivement que je sois chez moi dans ma bulle !

J'aime pas les voyages retour.




* En fait, après vérif, de Procol Harum

mercredi 19 août 2009

Tant qu'on est dans le buzzz...

... un truc qui m'interpelle :

Le resto dans le noir. Resto où l'on se glisse pour une soirée dans la peau d'un gourmet aveugle et ou l'on tente tant bien que mal de deviner ce que l'on mange ou ce que l'on boit... en essayant de bien viser sa bouche et de retrouver ses couverts.

(C'est Julien qui y est allé y'a pas longtemps... J'avais JAMAIS entendu parlé de ça avant !
En plus, c'est rue Quinquenpoix... comme dans Amélie Poulain...)

Buzzons !

Un des buzz du moment (que vous allez regarder là-bas car je n'arrive pas à intégrer la vidéo !)

Dans le même genre (du même gaillard), y'a ça : (trop envie d'être dans la salle dans des moments comme ça !)

Et du coup, retour sur un duo qui me file la chair de poule : Bobby McFerrin et Yo-Yo Ma (J'vous met pas à nouveau l'Avé Maria sinon je vous ramasse à la petite cuillère...). Go ici (en attendant que j'arrive à integrer les vidéos !)

mardi 18 août 2009

Sensations





Étrange sensation que celle des poils des bras qui se détendent, à l'arrêt, après avoir été affolés par l'air quand on roule le bras accoudé à la portière.






Ça fait comme les "tic-tic-tic" d'une moto qui refroidit après avoir beaucoup roulé !

mercredi 12 août 2009

Vide


(<---) Vide intersidérale...

Je tourne et retourne chez moi pendant ces dernières après-midi disponibles...
Comme si je ne voulais SURTOUT RIEN FAIREd'utile... afin de prolonger les vacances passées...


Regarder les unes après les autres, encore et encore les photos des Eurockéenes ou d'Ardèche,
écouter en boucle Roberto y Gabriela,
guetter les diverses blogs et boites aux lettres,
parler, parler, parler, voir un max d'amis,
(tout en me disant qu'il voudrait mieux rester sur les bons souvenir plutôt que de se saouler et ne plus rien avoir à se dire)
... et donc tourner, tourner, tourner en rond...

En mettant (enfin) ça en mot, je sens bien qu'il est là le problème (De toute façon, quand la gorge se noue et que les yeux picotent c'est qu'on aborde enfin le cœur du problème !):
la fin de mon été !

Le boulot à plein-temps qui se rapproche, le retour de Lucile et Jonas, le rythme d'école à reprendre, la vraie vie quoi !

Pas cette parenthèse enchantée dans laquelle je vogue depuis le juin avec ces anniversaires et mariages tous les week-end puis ce "décrassage de trentenaire" en règle que furent les Eurockéenes. Comment avais-je pu à ce point oublier la musique ? Comment avais-je pu à ce point oublier comme il est bon de juste boire des canons autour d'un barbecue avec des amis ? Se laisser porter par ses envies... Manger paisiblement, siroter des saveurs oubliées (---->), rêver, découvrir de nouvelles têtes, se sentir désirée et désirer à son tour, refaire le monde,... Et recommencer... et recommencer... et... arriver ainsi au 15 août !

Progressivement, les amis reprennent le boulot et/ou leurs enfants, chacun s'éloigne pour retrouver ses pénates, le temps file pour tout le monde... On essaye bien d'en profiter encore... On essaye de bluffer, de se dire qu'on y est encore... On prolonge... On se fait du mal en même temps qu'on se fait du bien...

Et le soleil, impertinent soleil encore là ! Je me demande si ce ne serait pas plus simple qu'il fasse tout de suite froid et glacial. Au moins ça mettrait un terme à mes illusions : les vacances, c'est fini ! Pour revivre ça, il faudra attendre un an.

mardi 11 août 2009

Il en faut... peu pour être heureux !

Un matin, quelque part sur la terre...



il en faut vraiment très peu pour être heureux !


video

vendredi 7 août 2009

La galaxie musicale en nuage

Bon d'accord ça date pas d'hier ce site mais, après une bonne recherche sur le net, j'ai ENFIN retrouvé Musicovery :

Bon, depuis 2002-2003 y'a eu des modifs' : besoin de s'identifier, accès prémium et plein de pub qui clignote à coté... mais dieu merci ça existe encore !

-- oOo --





En passant, j'ai trouvé une autre music-map -->









<-- et ces sympathiques pubs pour
une radio grecque.

mercredi 5 août 2009

Sometimes...

... je m'amuse à me faire à manger "joli" : (comme quoi, à force de taper dessus à coup de blogosphère, il s'attendrit le poulpe qui ne sais pas recevoir !)



Et puis, les rognons flambés au cognac, c'est si bon ! Surtout que ceux-là ils étaient aussi tendres et doux que ceux que Daniel faisait à Pougny :-q)

lundi 3 août 2009

Y'a des choses que je comprend pas !

Vu aujourd'hui dans mon super marché adoré (sic !) ...

Comment se fait-il qu'une recharge de lessive (sans emballage, donc) soit plus cher au litre que le bidon standard ???

C'est pas un peu facile de dire "oh bin les gens, ils ont bien aucun sens écolo : ils achètent pas les éco-recharge quand on leur en propose !" quand on s'y prend comme ça...

-----------'"'------------

C'est comme le coup du sucre en paquet souple il y a quelques mois. Plus moyen de trouver une boite en carton toute simple (sans fenêtre à la con qui fait des fuites) de sucre blanc pendant les 2 mois de lancement du produit paquet-de-sucre-souple-avec-au-passage-150g-en-moins-mais-toujours-le-même-prix-!. Le rayon était en permanence vide !
Facile de faire dire aux stat' que les consommateurs ont été super emballés par ce nouveau concept.
On nous laisse pas le choix, gros nazes !!!



Et les ouvertures à clip sur les briques de jus de fruits ou de lait... j'en parle aussi ou vous avez compris le principe ?

-----------'"'------------

N'hésitez pas à aller faire un tour chez ce talentueux caricaturiste qu'est Maëster qui illustre cet article :

jeudi 18 juin 2009

Ephémérides

Que c'est-il passé les 6 avril des autres années...

Née le même jour que Gustave Moreau, Philippe Garel, Alain Weill et Pauline Lafont... Ça craint, j'en connais aucun !

Abdication de Napoléon en 1814, fondation de l'église des Mormons en 1830, première coupe du monde foot en 1918, raffle des enfants d'Izieu en 1944,... Pas très rutilant !
Ah, si ! ABBA gagne le concours de l'Eurovision en 74

... et le 6 avril 1997 était pile 1000 jours avant l'an 2000.

Pfff, heureusement que c'était anciennement la Ste Prudence sinon j'aurais rien à dire !

... Je suis tombée sur le blog d'une personne qui a fait tous les jours de l'année donc chaque date de naissance va y avoir droit !

-----------------------------------------------
Le 23 octobre, jour de naissance de mon Gillou ? C'est un peu mieux... Naissance de Pierre Larousse en 1817, apparition des Schtroumph en 58, premier vol d'un Airbus en 1972,... En une belle anécdote que je ne connaissais pas sur la fin de vie du Clémenceau :

Détournement d'un porte-avions !

Le Clémenceau (33 000 tonnes en pleine charge, 265 m de long, 51,20 m de large, 7,50 m de hauteur au-dessus de la flottaison, 1 920 hommes d'équipage, ...) est détourné ! Vendu en fin de vie et désarmé à l'entreprise espagnole Gijonese, cette dernière essaie "discrètement" de le détourner vers la Turquie.Une clause du contrat de vente entre le ministère de la Défense, le ministère des Finances et l'entreprise espagnole Gijonese, stipule que le porte-avions est vendu pour être "désossé" en Espagne, en accord avec les lois sur le désamiantage. Son détournement vers la Turquie par son nouveau propriétaire est irrégulière et la marine française intercèpte le bâtiment en Méditerranée.



Aller, c'est tout ! Je vous laisse regarder pour les dates qui vous concernent... (Et avec wikipédia, la recherche par date est encore plus simple !)

mercredi 3 juin 2009

Envie d'y retourner...


De drôles de pavés en bord de mer, des tuiles et des toits superbes, des robinets trop près du sol dans les douches, des rideaux qui ne cachent rien...

Un TGV qui vole, des interrupteurs horizontaux, des enseignes de magasin exubérantes

Et des lieux publics toujours bien ordonnés...



Pas deviné ?








Bin au JAPON, parti !

v
oOo
°,°

Surtout que nous pourrions profiter d'un guide "officiel" (à qui l'on doit ces mAgnifiques photos) ...


... et qu'il reste tant de choses à voir !


...oOo...

Jonas

Lilypie de 6 à 18 Ticker

Lucile

Lilypie 5ème anniversaire Ticker